Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est assez facile de communiquer avec les gens au Japon. Bien sûr l’anglais est souvent nécessaire et quelques notions de japonais sont bienvenues, mais les japonais ont le contact facile.
Je n’ai en revanche encore trouvé personne qui parle français.

Cet article ne tient pas compte bien entendu de l’école ou non seulement je peux parler anglais avec les profs mais aussi ou j’ai fait des progrès en japonais.

Sauf si vous êtes typé asiatique il vous sera impossible de vous fondre dans la masse, c’est un fait. A Tokyo, j’ai croisé un roux de 2m dans le métro, dur de le rater…
Quoi que vous fassiez, vous serez toujours le Gaijin, l’étranger. Et l’avantage d’être reconnaissable immédiatement c’est que les gens sont du coup très tolérants envers les petites « fautes culturelles » que vous pourriez commettre. Les gens sont patients si vous ne comprendrez pas et on viendra facilement vous aider pour trouve votre route ou acheter un ticket dans une machine uniquement en japonais.

Avec les japonais, l’étranger c’est soit de l’exotisme, soit de la peur au premier abord. Donc soit ils vont vous aider parce qu’ils aiment le contact avec l’être différent que vous êtes, soit ils vont se méfier de vous. A vous de leur montrer que vous faites des efforts, restez poli et ils s’ouvriront à vous très vite.
En revanche, dites que vous êtes suisse (suissu-jin) et c’est les portes du paradis qui s’ouvrent à vous! Les japonais adorent la suisse et rêvent bien souvent d’y aller. En tant que suisse, on fascine encore plus qu’un blanc « normal »… Et contrairement à bien des endroits, on ne va pas doubler vos prix parce que puisque vous êtes suisses, vous êtes forcément « banquier et riche ».

Je me fais des copines...

Mais, il faut le reconnaitre, le gaijin est aussi une attraction. Suivant l’endroit dans lequel on pénètre (un petit resto ou un bain public par exemple) on vous regardera d’un drôle d’œil. Au pire on vous fera gentiment comprendre que vous aurez le droit à un traitement « spécial » (dans le bon sens du terme: on vous traitera comme un enfant) ou alors parfois suivant le lieu on vous demandera de sortir, mais ça ne m’est jamais arrivé.

Généralement on attise plus de la curiosité que du racisme. Mais bien entendu: respectez les autres, montrez que fous faites des efforts et on vous pardonnera le reste!

Le fait d’être une attraction amène facilement à la conversation. Surtout quand on est seul, il ne faut pas attendre bien longtemps avant qu’on commence à bavarder avec le voisin de table ou de bar (seul, on mange souvent au bar). Dans les transports publics les gens rentrent plus dans une bulle et c’est donc plus difficile, mais si vous souriez, on vous le rendra bien et si vous avez un peu de chance, ça lancera la conversation… En revanche les gens n’aiment pas trop qu’on vienne s’assoir à côté d’eux dans le train, c’est valable que l’on soit étranger ou pas. J’ai même vu des gens s’asseoir sur le siège côté couloir laissant le siège côté fenêtre libre afin d’être sur que personne ne viendra les déranger…

Les femmes ont aussi plus de réticences avec les hommes dans les trains. Le Japon est un pays sûr, mais les pervers, photographes voyeurs, hommes aux mains baladeuses ou autres papy-frotteurs sont choses courantes.

A noter que les occidentaux transpirent plus facilement que les japonais qui ne sont donc pas bien habitués aux odeurs corporelles que l’on pourrait dégager. On risque donc de « puer » pour eux alors que chez nous personne ne s’en rendrait compte. Pour notre défense, quand on voyage, on n’a pas forcément le luxe de changer d’habits. Mais c’est vrai que contrairement à chez nous ou c’est chose courante, je n’ai jamais été dérangé par les odeurs dans les transports publics. Donc prenez-soin de votre hygiène, d’autant que les bains japonais sont un bonheur!

Yamanote line, sunday night...

Si vous êtes perdus, que vous cherchez votre direction, souvent les gens viendront vous proposer leur aide spontanément. Et cela même si ils ne parlent pas un mot d’anglais. Mieux que ça, si bous demandez à quelqu’un une direction, il mettra tout en œuvre pour vous aider, même si il doit lui même aller se renseigner vers d’autres personnes. Contre-coup de ce côté généreux, certaines personnes préfèreront vous envoyer au mauvais endroit plutôt que de vous envoyer nulle part. Donc si vous avez l’impression que la personne ne sait pas trop, n’hésitez pas à confirmer avec quelqu’un d’autre plus loin.

Des petites offices de police appelés Koban (aussi nommées Police-box) sont disséminées un peu partout et si vous êtes perdus ils ont toujours des plans et des annuaires pour trouver votre destination. Cependant, la sympathie n’étouffe pas vraiment les policiers nippons, souvent il est plus agréable de demander directement à un passant ou un commerçant. Mais ils ont l’avantage d’être bien équipés pour vous aider et on en trouve vraiment partout.

IMG_2292

Le must du must restent les offices du tourisme. Quasiment systématiquement présentes dans les gares de taille respectable (au pire la billetterie du train pourra vous renseigner) on y trouve toujours quelqu’un parlant correctement l’anglais. Les gens ici sont très serviables et il est même possible d’effectuer des réservations de chambres depuis ici. Ils sont un peu plus retissent à réserver dans une autre ville que celle à laquelle ils sont rattachés mais le feront quand même.

On trouve toujours dans ces offices des prospectus et plans de la région, très souvent en anglais et même parfois en français (torchés à coup de Google Translator, mais c’est folk!). Ce sont donc de très bons compléments à vos guides personnels de voyage (pour ma part l’excellent Lonely Planet et le Routard). Lisez mon article sur les guides de voyage si vous voulez en savoir plus!

En résumé, le Japon est un endroit ou il est facile et agréable de voyager. Vous ne vous ferez jamais arnaquer sur un prix. C’est un pays sûr et civilisé, peu de chance de tomber dans un endroit louche (gardez l’œil ouvert dans dans le Kabuki-cho de Shinjuku tout de même).

Pour les femmes, vous ne risquez pas grand chose à part justement quelques mains baladeuses dans le métro, mais il vous suffira de crier « chikan » pour le signaler, le personnel est habitué à ce genre de cas. Après c’est comme toujours: un peu de bon sens évite 95% des problèmes potentiels. Mais en tant qu’homme voyageant seul c’est difficile de se faire un point de vue… Mais rassurez-vous c’est pas au Japon qu’on va essayer de vous troquer contre des chameaux!!

Et pour finir, la langue n’est pas une si grosse barrière et on trouve toujours un moyen de communiquer, même avec des dessins et des gestes… Par respect pour les gens, apprenez quand même à dire des mots basiques (bonjour, au revoir, merci, s’il vous plait, etc…), c’est la moindre des choses!

Retour en haut